Nouvelle-Calédonie – itinéraire de 2 semaines

Chiffres-clés :

  • 2 semaines de voyage
  • 4 jours sur l’Ile des Pins
  • 3 logements
  • 1200 kilomètres
  • 921 euros par personne sans les billets d’avion qui se décomposent de la manière suivante :
    • 250 euros de location de voiture (pour 10 jours, ça coûte très cher ici)
    • 451 euros de logement dont 200 euros sur l’Ile des Pins…
    • 220 euros de visites, courses, essence.

Pour ce voyage, nous avons choisi de ne pas changer de logement tous les jours mais plutôt d’en trouver un central et de rayonner autour pendant quelques jours. On a fait comme ça car nous trouvions peu de logement dans nos prix sur l’île.

Ce qu’on a adoré  :

1 -Découverte du snorkeling

2 – La balade en pirogue

3 – L’hospitalité des gens

 Ce qu’on a moins aimé :

1 – Le coût de la vie

2 – c’est tout 🙂

Jour 1 – Départ pour Nouméa et découverte de La Foa

Aujourd’hui, on prend l’avion de Sydney pour Nouméa à 8h45. L’aéroport de Sydney est automatisé au possible, en 15 minutes on a tout fini. L’avion part à l’heure, le petit-déjeuner est bon chez Qantas. On s’approche de Nouméa et on commence à voir les lagons, la barrière de corail, c’est magnifique. Par contre l’atterrissage secoue bien.

On passe chez OPT pour acheter une SIM. Comme prévu c’est très très cher donc on fera sans. On part récupérer la voiture chez Point Rouge, on en aura pour 225 euros pour 5 jours avec une limite de kilométrage.

On prend la route direction La Foa vers le nord. On en a pour 1h30 de route. On s’arrête en chemin sur la plage de Ouano. L’eau est d’un turquoise incroyable et bonne. On est seuls sur la plage. Hâte de revenir !

NC-Ouano-LaFoa-Calédonie

On part vers notre AirBnB à 36 euros par nuit. Franck et Stéphanie nous accueillent chaleureusement et nous installent dans le bungalow. Franck nous explique plein de choses à savoir sur l’île. On part faire des courses et on achète du pain et du fromage parce que, bah on est en France 😀 On hallucine sur le prix de certaines choses : 7 euros le kg de tomate par exemple… et pas mûres. En revanche le poisson/la viande coûtent pas trop cher.

On remarque que le rayon alcool est fermé. On nous explique que le mercredi après-midi, vendredi après-midi et samedi toute la journée, la vente d’alcool est interdite pour lutter contre l’alcoolisme.

On passe ensuite à l’office du tourisme où on est hyper bien accueillis par Charline. Y a pas à dire, on comprend vite qu’ici les gens sont très chaleureux. On part vers la presqu’île de Tanguy pour le coucher de soleil. On a préféré Ouano.

Jour 2 – Parc des Grandes Fougères, Trou Feuillet, Ouano

Ici le soleil se lève vers 5h et se couche vers 18h30. On essaye de se caler sur un rythme plus matinal pour profiter de la lumière du jour.

On va au parc des Grandes Fougères pour commencer la journée. On a environ 40 minutes de route avec 3km de piste à la fin pour rejoindre le parc. La guichetière propose plusieurs parcours en fonction du temps qu’on veut y passer. Ça coûte 700 XPF pour nous deux et là elle nous dit qu’elle ne prend pas la carte. Bien sûr en bons touristes parisiens, on n’a rien retiré et on voit venir le moment où on va devoir faire demi tour pour rien. Mais non, la dame nous laisse passer sans payer ! Trop sympa !

On se gare au milieu des poules et c’est parti pour crapahuter pendant 2h30 au milieu des arbres et des grandes fougères. Ça nous fait un peu d’ombre et c’est tant mieux car il fait très chaud et humide. On espère voir des Cagous, emblème national de la Nouvelle-Calédonie, ou des Vlou (une sorte de gros pigeon vert local) mais ça ne sera pas pour cette fois. A vrai dire, on ne verra pas âme qui vive mais on est rincés sur les beaux paysages.

Caledonie-Sarramea-GrandesFougeres

Caledonie-Sarramea-GrandesFougeres

Ensuite on va au Trou Feuillet de Sarramea pour piquer une tête. La route est très verte et fleurie. L’eau est fraîche, mais ça fait du bien après la randonnée. Il y a même un toboggan naturel.

Après le déjeuner, on part tester nos masques de snorkeling à Ouano. On tombe sur Charline de l’office du tourisme, toujours aussi gentille. L’eau est super bonne, turquoise, claire et le sable blanc. Ça vente pas mal en revanche, on est mieux dans l’eau que dehors. On voit nos premiers petits poissons à à peine 5 mètre du bord, on est trop contents. On tombe sur un Bernard L’ermite qui s’est trouvé une maison et fait sa petite vie. On le suit et on voit d’autre poissons. On s’approprie vite le masque de snorkeling.

On rentre et on discute avec notre voisin de bungalow. Cest un grand voyageur, il a fait plein de pays que nous allons faire et nous donne des conseils. Et pour finir la journée, Franck notre hôte, nous donne une casserole remplie de mangues du jardin. Elles sont super bonnes. Randonnée, déjeuner, snorkeling, mangues : ça sera un peu ça tous les jours pour nous en Nouvelle-Calédonie. Il fait bon vivre ici 😀

Jour 3 – Poé et bateau à fond de verre 

Aujourd’hui, départ vers Poé à la limite de la province Nord. Au programme, balade en bateau à fond de verre. On voulait aussi observer la ponte des tortues car on est dans la bonne saison mais pour ça il faut attendre la nuit pendant 3h avec moustiques et bien sûr on n’est sur de rien ,donc ça nous a refroidi.

On voulait faire une randonnée dans le domaine de Deva mais c’est fermé car le risque d’incendie est trop élevé. Effectivement il n’a pas plu depuis 8 mois, tout est très sec.

On arrive à l’office de tourisme de Poé qui nous indique le numéro à appeler. On demande si on peut utiliser le leur, ils n’en n’ont pas mais elle nous propose son téléphone perso. Les gens sont très serviables ici. On veut pas abuser et on va au Sheraton qui s’occupe aussi des réservations (pourquoi ? on ne sait pas). On y va, l’hôtel est magnifique. La dame de l’hôtel s’occupe de tout pour nous et nous donne même un code wifi en attendant. On vous dit ici les gens sont hyper sympas 😀

On se change dans la voiture car il y a aussi une partie snorkeling. Philippe le guide est top, très pédagogue, il partage son amour de l’océan. Il nous explique plein de choses sur la formation du corail, les algues, les herbiers (maisons des jeunes poissons et coquillages, lieu où viennent se nourrir mes tortues). Il nous explique qu’il faut mettre de la crème solaire 45 minutes avant d’aller se baigner, car avant la peau n’a pas le temps de l’absorber donc on est pas protégé, on pollue la mer et on empoisonne la faune.

On apprend plein de choses sur les tortues. Elles ne s’arrêtent jamais de grandir et grossissent de 2cm par an donc plus une tortue est grosse plus elle est âgée. On apprend aussi que les tortues femelles se reproduisent avec les mâles les plus vieux en priorité donc parfois une tortue mâle doit attendre 80 ans avant de reproduire. 

On voit trois tortues plutôt à l’aise avec le bateau, elles continuent de faire leur vie malgré notre présence. On voit aussi une raie. On passe au dessus de plein de coraux et on apprend (et oublie) plein de choses. On voit tout plein de petits poissons de plein de couleurs c’est super joli. Ensuite il y a une partie snorkeling avec plein de poissons, de coraux ,des calamars…

C’est déjà fini, on retourne au Sheraton et on leur demande si on peut se rincer rapidement avec leur douche de la piscine (on sait jamais) et trop sympa ils nous disent pas de problème et nous propose même des serviettes. On se balade ensuite vers les trois baies : baies des amoureux, des tortues et la roche percée. On grimpe les 100m à faire jusqu’à Notre Dame des Flots la vue est dingue. On a fait les baies en voiture à cause de la chaleur mais c’est faisable à pied.

Poe-caledonie-lagons

 

Poe-caledonie-lagons

Et puis on rentre à la maison… regarder le rugby ! Le tournoi des 6 nations a commencé et on capte France 2 ici 😀

Jour 4 – Houaïlou et la province nord-est

Aujourd’hui on va visiter la côte est de l’île, vers Houaïlou en province nord. C’est à 2h de La  Foa. La route est verte et fleurie, on a l’impression de traverser la jungle et les montagnes. On voit un panneau “province nord” et de plus en plus de drapeaux et messages indépendantistes. Il y a aussi plein de petits stands de fruits et de fleurs à vendre sur la route. On veut aller voir les cascades de Bâ. On arrive sur un parking soi-disant payant. Un jeune arrive et nous dit que c’est lui qui garde la voiture, qu’il s’appelle Jean-Paul mais qu’on l’appelle Vianney et qu’il n’a pas de monnaie. Il nous dit d’aller à la sortie de la tribu voir sa tantine Joëlle, que peut-être il y aura tantine Carmen, pour faire de la monnaie. Il est sympa mais ça nous paraît bizarre son histoire. Et puis on n’a jamais trouvé les tantines, donc on n’est pas revenus. On en parlera à notre hôte après et il nous dira que c’est pas vraiment payant et que si ça se reproduit faut demander à parler à leurs parents. Il y a pas mal de petite boîte comme ça à l’entrée de sites touristiques, du coup on sait jamais quand il faut payer ou quand c’est une arnaque.

On déjeune au bord de l’eau sur des petites tables aménagées puis continue de rouler et on se retrouve sur une piste mais style piste de décollage. Improbable on est sur l’ancien aérodrome.

aerodrome-houailou-caledonie

aerodrome-houailou-caledonie

On marche et on se retrouve une sur plage de sable noir. Ça souffle beaucoup mais on est seul au monde. La route est toujours aussi belle. Les gens sont encore plus chaleureux dans le nord, tout le monde se dit bonjour en voiture, dans la rue. Sur la route, on prend un kanak en stop, très sympa, il nous parle de l’indépendance, des jeunes kanaks qui picolent un peu trop selon lui, des plats typiques, de la transition économique (de l’exploitation du nickel vers le tourisme etc). Très sympa. (PS : Ici tout le monde fait du stop, mais attention à ne pas tomber sur quelqu’un d’éméché, ça peut vite vous rallonger votre trajet :D)

Jour 5  – retour à Nouméa

On part de La Foa et sur le départ on discute avec nos voisins qui ont voyagé en Amérique du Sud. Ils nous donnent plein de tips pour l’Argentine et la Bolivie.

On prend la route, au revoir côté ouest ! Direction Nouméa. On met 1h20 pour rejoindre notre nouvel AirBnB. Notre hôte, Daniel est très sympa et son appartement, un vrai bonheur, très propre, bien rangé, superbement décoré on se sent vraiment à la maison. Avec en bonus, une terrasse très fleurie avec vue sur les montagnes. Il nous a préparé une confiture de papaye faite maison c’est un régal !

On file faire des courses à Carrefour (où on a vu un avocat à 800 francs donc à peu près 6,70 euros) puis on passe à la pharmacie car Clément a marché sans faire exprès sur du corail et a des bouts de corail dans le pied 🙁

On passe ensuite à Décathlon, acheter des chaussures de snorkeling pour éviter d’autres morceaux de corail.  Ca sera notre meilleur investissement. Décathlon coûte hyper cher par rapport à Paris donc il vaut mieux faire le plein à Paris mais ça dépanne bien.

Ensuite on passe l’aprèm à faire des machines et programmer la suite de notre voyage. Le lendemain on se lève à 6h pour aller sur l’île des Pins.

Jour 6 – première journée sur l’Ile des Pins

On rend notre voiture ce matin et on attend pour s’enregistrer à l’aéroport Magenta. On a oublié notre couteau suisse dans notre sac à dos et on ne peut pas l’emmener évidemment. Ils acceptent qu’on le laisse à l’agence de location de voiture et on pourra le récupérer quand on reviendra prendre notre 2ème location dans 4 jours. Toujours aussi cools.

On embarque pour notre tout petit avion, où la porte fait office d’escaliers, on est placé de sorte à équilibrer l’avion à hélice et c’est parti. Contre toute attente c’est plutôt stable et ça dure que 17 minutes donc ça va. L’atterrissage secoue un peu mais rien de méchant. Le survol est magnifique au dessus du lagon, c’est superbe

NC-lagons-caledonie-ileDesPins

On récupère nos bagages et la navette de l’hôtel nous attend. Le chauffeur est très sympa, nous fait un tour rapide des vestiges du bagne, des baies. Il y a 2000 habitants ici. Il est très fier de son île, il nous dit qu’ils sont une grande famille, qu’ils ont toujours beau temps, etc. On arrive au gîte, la chambre n’est pas prête on va à la plage et là un chien errant nous prend pour ses maîtres et nous suit, grogne si des gens passent à côté de nous, se colle à nous, nous attend si on est lent. Il est cute mais on le connaît pas 🙁 après il s’est trouvé de nouveau copains. On prend les clés à 11h30. La chambre casse pas trois pattes à un canard surtout pour le prix et pas de clim. Mais bon. Le gîte offre plein d’excursions en pirogue, sur les îlots etc. Et surtout à 200m de la plage et son eau bleu turquoise. On a un peu snorkellé et vu plein de super beaux poissons. Après on est partis admirer le coucher de soleil sur la plage d’en face. Plage plage everywhere.

couchersoleil-iledespins-kanumera

couchersoleil-iledespins-kanumera

couchersoleil-iledespins-kanumera

couchersoleil-iledespins-kuto

Jour 7 – deuxième journée sur l’Ile des Pins

Aujourd’hui on se lève et on va petit déjeuner vers 9h à l’hôtel. Il y a des confitures maisons : noix de coco, banane-passion et papaye. Elles sont trop bonnes on s’enfile plusieurs tartines. Puis on va voir la réception pour louer une voiture, mais plus rien n’est dispo et ici sans voiture c’est compliqué. On décide de tenter le stop pour aller au village de Vao. Ca a l’air courant ici et en 5 secondes Jean-Marc s’arrête et va aussi à Vao donc il nous dépose trop sympa. Il parle du fait de préserver l’île (par rapport à l’afflux de touristes des paquebots australiens notamment : ils arrivent sur des énormes paquebots par centaines sur l’Ile des Pins qui ne compte que 2000 habitants donc ça bouscule un peu les habitudes), de pouvoir transmettre ce patrimoine à ses enfants. Il nous prévient qu’à midi, il n’y aura pas grand chose d’ouvert et propose de nous déposer à la baie de Saint-Joseph plus loin. On se balade près de la baie c’est sympa mais pas trop de plage et on se demande comment on va revenir en plein cagnard dans la ville. On commence à marcher et il n’y a personne … au bout d’un moment Jacques s’arrête pour nous prendre en stop, il est très sympa aussi, nous emmène en ville, nous parle de ses enfants et nous dit “désolé j’ai pris l’apéro avec mon beau frère donc c’est pour ça que ma langue est fourchue!” Jacques est drôle. Il nous dépose à l’Eglise de Vao et nous indique des sentiers sympas à faire dans le coin. On visite l’église et la on voit un car d’australiens arriver, heureusement on avait fini.

On fait encore du stop pour rentrer sur Kuto : un couple de touriste nous a pris. Très cool aussi, ils sont en chemin pour Hawaï. On arrive sur Kuto et ça blague pas tous les australiens sont là. D’habitude c’est vraiment très calme, peu de monde, là la plage est blindée, il y a plein de marchands partout.

IleDesPins-Vao-Caledonie

IleDesPins-Vao-Caledonie

On passe l’aprèm à la plage. Petite journée glandouille aujourd’hui.

IleDesPins-Caledonie-Kanumera-Kuto

IleDesPins-Caledonie-Kanumera-Kuto

Jour 8 – troisème jour sur l’Ile des Pins

Aujourd’hui on a réservé une excursion en pirogue. On se gave encore au petit-déjeuner de l’hôtel et départ à 7h30. On est avec deux autres filles du gîte, Myriam et Ashley. Elles vivent à Nouméa et sont dans le coin pour le week-end.  On embarque à bord de la pirogue de Jean-Roch qui n’est pas loquace pour un sou. C’est parti pour une balade dans la baie où Clément voit une tortue et une raie qui saute de l’eau. C’est magnifique, au milieu des eaux turquoises par contre ne PAS oublier de mettre de la crème solaire (on s’en rendra compte plus tard …). La balade dure 1h30 à peu près. On demande à Jean-Roch s’il voit parfois des requins et il nous répond “ bah oui c’est la mer hein” 😀 On a vraiment eu l’air de gros touristes. Il nous dépose sur la baie d’Upi et on doit traverser une petite forêt avant d’arriver à la piscine. L’île où il nous dépose fait vraiment Koh-Lanta avec de la végétation partout et pas grande chose d’autre.

NC-Caledonie-pirogue-Upi

NC-Caledonie-pirogue-Upi

On s’engouffre et on suit le chemin fait de racines et en chaussures de snorkeling c’est pas hyper agréable. On voit plein de crabes dont un qui monte la garde toutes pinces levées, c’est marrant, il nous barre vraiment le passage. Les autres crabes sont plutôt peureux et se cachent dans leur trou mais pas complètement. Du coup on voit leur pince dépasser mais ils ne bougent plus en mode “tu crois qu’on me voit?” c’est assez drôle.

On marche pas mal et on arrive à un petit péage face à l’eau où une dame nous dit comment aller à la piscine « vous traversez le chenal et au panneau bleu vous tournez. Alors OK mais le panneau bleu il est où ? En plein milieu de la rivière en face. Donc c’est parti, on va dans la rivière, y a un peu de courant mais ça va mais plus on avance, plus c’est profond et on se retrouve avec de l’eau jusqu’aux fesses alors qu’on a des sacs à dos. Heureusement on a nos chaussures de snorkeling qui nous sauve la vie, Myriam et Ashley n’en avaient pas et ça avait l’air de faire mal aux pieds. Et là… on aperçoit une méduse… puis 2 puis 3, alors OK il y a plein de petites méduses partout et faut qu’on traverse. On essaye de faire des remous pour les éloigner mais on entend Myriam qui crie : elle s’est faite piquer ! On est presque arrivés et la c’est mon tour … ça fait bien mal. On arrive de l’autre côté et on continue le chemin les pieds dans l’eau mais c’est rien comparé à la rivière et la les méduses sont évitables. On rencontre quelqu’un qui nous dit que la piscine naturelle est à marée haute avec plein de méduses. Bon ça s’annonce mal.

NC-upi-piscinenaturelle-jungle

NC-upi-piscinenaturelle-chenal

 Une petite méduse et un crabe toutes pinces levées 

NC-upi-piscinenaturelle

NC-upi-piscinenaturelle-chenal-meduse
Une bonne méduse est une méduse échouée (elles sont en surpopulation à cause de la surpêche de leur prédateurs)

On apprend que c’est la saison … On arrive et effectivement on en voit échouées sur la plage et des bien vivantes dans l’eau. On est bien dégoûtés, on cherche un endroit où se poser, apparemment à marée basse yen aura moins. On voit un mec partir avec une branche dans l’eau, pour se frayer un chemin dans l’eau au milieu des méduses, en mode warrior. Il a pas trop l’air de se débattre … on essaye sa méthode. Il y en a quelques unes mais ça va … On met nos masques et on voit plein de petits poissons vraiment sympas. Je lève la tête et la je vois des méduses à la surface… Je vais faire une pause 😛

En attendant la marée basse, on discute avec un couple de suisse qui vivaient à Melbourne et nous donnent plein de tips ! Le temps de discuter la marée basse opère, Il n’y a quasi plus de méduses. On peut y retourner et profiter !

Sur le chemin du retour on voit plein de petits crabes à pince rouge qu’on avait pas vu en venant à cause de la marée haute. On retraverse le chemin du matin avec de l’eau jusqu’aux chevilles, bref une promenade de santé comparé à ce matin. On rentre se laver et là on se rend compte qu’on a plein de coups de soleil … pourtant on avait mis de la crème… On a même la marque des chaussures de snorkelling. Le ridicule ne tue pas 😀

Caledonie-piscinenaturelle-iledespins-upi

Jour 9 – quatrième journée sur l’Ile des Pins

On se lève à 6h pour un départ à 6h45 pour l’ascension du pic Nga. On décide de partir aussi tôt pour éviter la chaleur. Clément souffre de ses coups de soleil aux jambes. Il se couvre de la tête au pied et on y va. L’entrée se trouve à 200m du gîte … 200m Néo-calédoniens, oui ! On met 10 minutes à y arriver. On commence par un petit chemin dans la jungle, ombragé et plein de racines, pendant 10 minutes avant d’arriver à la vraie ascension. On nous avait prévenus … ça grimpe sec ! Il n’y a que 262m de dénivelé mais en très peu de temps. Plein de cailloux, ça glisse parfois et c’est raide. Merci les chaussures Salomon. Le cardio est éprouvé surtout pour la non-sportive que je suis. Mais c’est rapide, en 35 minutes on arrive à la vue qui est juste à couper le souffle. On a eu de la chance on a eu du vent, de l’ombre et parfois des nuages pour nous protéger de la chaleur qui commençait à peser quand même. On redescend en 45 minutes aussi en essayant de pas glisser et on croise des gens qui vont commencer. On compatit car la chaleur commence à se faire sentir et le soleil monte donc il n’y a plus d’ombre. On rentre au gîte prendre un énorme petit déjeuner bien mérité et profiter de l’après-midi pour planifier Nouméa et la suite de notre voyage. On a aussi fait une balade sur la plage vers 22h pour voir les étoiles, c’était dingue la visibilité.

pic-nga-IleDesPins-calédonie

pic-nga-IleDesPins-calédonie

pic-nga-IleDesPins-calédonie

Jour 10 – cinquième jour sur l’Ile des Pins

On fait le check-out et on part en excursion de 3h en mer avec Bernard. Très sympa, mais le temps est menaçant et ça loupe pas on se prend la saucée et on a peu de visibilité 🙁 on voit quand même une raie Manta ! Dingue ça va vite ! Et ensuite, après avoir cherché les tortues sans succès on arrive sur l’îlot Brosse qui ressemble vraiment… A une brosse ! On traverse l’île dans la jungle ( avec énorme araignée et compagnie) pour aller de l’autre côté et spotter des requins ! Pas de chance  non plus, il faut être à marée basse. Entre temps on se reprend une saucée, on court vers un refuge. On voit plein de crabes, de lézards et de .. tricots rayés ! C’est pas très vif. Mais bien dangereux quand même (leur venin est 10 fois plus puissant que le cobra royal) On se balade un peu, on fait un peu de snorkeling et c’est le moment de repartir.

On va déjeuner au restaurant avec vue sur Kanuméra (30 euros pour le buffet froid et 7 euros pour une salade). La vue est vraiment vraiment agréable avec une musique d’ambiance zen. C’est trop sympa. Ensuite petite session de snorkeling, près du rocher tabou (qui est considéré sacré) puis bronzette sur la plage.

C’est le moment de repartir, sous la pluie. On arrive à l’aéroport, trop mignon et on part même en avance. Le commandant de bord s’appelait monsieur Mazars (le boulot n’est jamais bien loin :P). Daniel, notre hôte AirBnB était venu nous chercher et nous a ramené au AirBnB. Il nous donne sa recette de confiture de papaye (trop bien) et ses bons plans pour visiter le Sud.

Après une bonne douche, on tombe de sommeil.

ilotBrosse-IleDesPins-Caledonie-

ilotBrosse-IleDesPins-Caledonie-
Littéralement seuls sur une île déserte

tricotrayé-ilotbrosse-iledespins-calédonie

Sunset-iledespins-calédonie

Jour 11 – Nouméa

Aujourd’hui on se fait une journée tranquille à Nouméa : on va visiter l’aquarium. C’était sympa, ils essayent de recréer l’environnement naturel des poissons avec des puits de lumière naturelle, de l’eau qui vient des lagons, mais on a aussi l’impression que les poissons sont les uns sur les autres. On n’y connait rien en poissons donc peut être que c’est juste notre ressenti mais impression mitigée sur cet aquarium.

On déjeune au bord de la plage en regardant les Kite-Surfer, c’est impressionnant quand même. On va se balader à l’Anse Vata et Place des Cocotiers mais on se fait surprendre par une grosse pluie … Il nous reste plus qu’à filer aux courses, acheter du fromage chez Carrefour (c’est pas nous, c’est la météo qui nous force :D)

noumea-caledonie-AnseVata

Jour 12 : parc de la Rivière Bleue

On part vers 7h30 en direction du parc de la rivière bleue. La route est belle mais le temps menaçant. On arrive au bout d’une heure. On arrive, tout sourire au guichet et la guichetière nous propose de prendre une navette pour rejoindre la rivière bleue, c’est soit ça, soit vélo, vu les nuages, on prend la navette. Ça fera 2400 francs (600 l’entrée et 600 la navette par personne). Et là : on ne prend pas la carte bleue. On a encore oublié. Il nous reste 1700 francs en liquide.  On est au milieu de nulle part, heureusement, la dame est très gentille et nous fait le tarif étudiant et on a assez de liquide ! Ouf.

On met 20 minutes en voiture pour rejoindre la navette et il pleut fort. On arrive et on voit un pont à traverser : pas plus de 10 personnes sur le pont et il faut marcher au centre. Rassurant 😀

On voit un groupe de 10 personnes, chargés comme jamais, ils doivent surement camper 1 semaine en haut du parc. Et non en fait 2 nuits. Même la conductrice de la navette hallucine sur leur nombre de bagages 😀

On prend la navette qui dessert plusieurs points et on s’arrête au premier point, le grand Kaori. Il y a quelques petites balades, on voit le grand Kaori qui porte bien son nom, cet arbre est énorme. Ensuite on se balade sur un territoire de Cagous donc on guette mais sans succès. On apprend que les Cagous reste toute la vie avec le même partenaire et les enfants Cagous restent très longtemps avec leurs parents sur leur territoire, donc si on est bien silencieux et observateur, on a des chances d’en voir. La guide revient nous chercher et nous demande si on a vu des Cagous. Comme on lui dit non, elle nous arrête exprès sur un chemin de Cagou pour qu’on puisse en voir. Apparemment ils sont même sur la route parfois mais là rien.

On arrive finalement à en spotter 3. Quand même ! C’est hyper discret mais ils n’ont pas trop peur de nous donc on peut prendre des photos.

Sur le retour, la guide nous explique que normalement quand il y a un grand soleil, les reflets de la rivière sont bleus turquoises, d’où le nom. On passe également devant la forêt noyée pas trop noyée à cause de la sécheresse et l’exploitation des entreprises qui pompent l’eau de la rivière.

RiviereBleue-GrandSud-Noumea-Caledonie

On part du parc et on roule direction Yaté. On en profite pour déjeuner en chemin face aux montagnes. On va à l’office du tourisme qui nous indique le chemin à reprendre pour voir les chutes de la Madeleine et revenir sur Nouméa. Heureusement, car la route qu’on voulait prendre aurait été inondée et praticable seulement en 4×4. On passe devant les chutes de Goro, l’ancienne usine japonaise où la nature reprend ses droits, des vestiges du bagne et on arrive aux chutes de la Madeleine. Elles sont payantes … on n’a toujours pas de liquide. Heureusement celle-ci aussi nous fait moitié prix. Les chutes sont petites mais le coin et la balade sont sympas.

GrandSud-Caledonie-YAte-Madeleine

GrandSud-Caledonie-YAte-Madeleine

GrandSud-Caledonie-YAte-Madeleine

GrandSud-Caledonie-YAte-Madeleine

On reprend la route vers Nouméa on en a pour 1h30 à peu près. On est KO.

Jour 13 et 14

On profitera des deux prochains jours à Nouméa pour se reposer, envoyer nos cartes postales, trier nos photos, faire nos machines, et se mettre en quête de souvenir à ramener. On est passés par l’office du tourisme, la maison des Artisans, le marché mais tout nous semble très cher (6 euros pour un paquet de sel, 10 euros pour la vanille et minimum 30 euros pour un totem). En plus comme on continue de voyager après, on a peur de se les faire prendre en Australie ou Nouvelle Zélande réputée très stricte alors tant pis on repart avec plein de souvenirs et de photos !

Laisser un commentaire

Fermer le menu