Tasmanie – itinéraire de 2 semaines

Chiffres-clés :
  • 2 semaines de road-trip
  • 10 logements
  • 2200 kilomètres
  • 715 euros par personne qui se décomposent de la manière suivante :
    • 90 euros de location de voiture,
    • 380 euros de logements (en moyenne 27 euros le logement)
    • 127 euros de visites, national parks : 38 euros pour National Parks Pass (ça se paye par voiture), 49 euros pour le ferry de Maria et la location du vélo, 21 euros pour le ferry de Bruny (ça se paye par voiture), 19 euros pour la visite du refuge Bonorong
    • 106 euros de courses, essence.
  • Une appli à télécharger (gratuite) : Great Walks. Elle est très bien faite, et vous donne liste les 60 “great short walks” à faire en Tasmanie, sur une carte avec des conseils pratiques et des photos. Les balades vont d’une dizaine de minutes à quelques heures.
Voici les grandes étapes de notre voyage.     

Jour 1 – Arrivée à Hobart 

On part de Melbourne pour Hobart ! On passe par terminal 4 (low-cost) où tu dois payer 4 dollars pour ton chariot. On arrive à Hobart en 1h où un petit chien renifle nos sacs pour voir si on a des fruits et des légumes … Il signale le mien, qui avait une pomme et une banane il y a 3 jours … Il est fort ce petit. Ensuite on le voit courir sur les tapis des bagages pour vérifier les bagages en soute.

On récupère notre voiture et on va faire des courses. On en a pour 75 euros de fruits, légumes, pain conserves, pâtes et autres réserves de nourriture pour ces 2 semaines. Comparé à la Nouvelle-Calédonie, c’est vraiment pas cher.

Ensuite on part chez nos hôtes et on voit même un petit Pademelon sur le chemin (c’est une sorte de petit kangourou). Le temps est un peu gris pour le moment. Allan notre hôte est là pour nous accueillir. C’est un vieux monsieur gentil comme tout qui nous installe et prend le thé avec nous. Eileen arrive ils nous parlent de leur vie en Afrique où il ont passé toute leur vie, de leur coup de foudre et installation en Tasmanie. Ce sont de grands voyageurs et ont plein d’histoires à nous raconter. Ils sont venus en Tasmanie pour visiter et en sont tombés amoureux, que le fait d’être dans un si bel endroit leur permet de ne pas être trop nostalgique de l’Afrique. On passe un super moment. Tout ça face à une vue magnifique. Un des plus beaux AirBnB qu’on ait fait.

Ils nous disent que parfois dans la baie, lorsqu’ils font du kayak, ils voient des dauphins. Et dans leur jardin, ils voient des opossums, des diables de Tasmanie, des wombats, et des pademelon.

Jour 2 – découverte de la péninsule de Tasman 

Le lendemain ils nous préparent le petit déjeuner et le prennent avec nous. C’est super de discuter avec eux. On quitte leur AirBnB un peu triste on aurait, voulu rester plus longtemps.

Il fait un peu gris aujourd’hui. Le programme c’est de se balader dans la péninsule. On fait le blowhole, la Tasman arch,  Devil’s kitchen, waterfall bay. La plupart sont dans l’appli 60 Great Walks

On revient sur nos pas et on trouve un joli spot de pique nique pour déjeuner face à la mer. Ensuite on se dirige vers Port Arthur, le site historique mais nos hôtes nous avaient dit que c’était 40 dollars et pour une journée c’était dommage, on aurait pas le temps de tout voir (il me semble que un billet vous donne accès deux jours). Apparemment le site historique et les reconstitutions sont hyper bien faites.

On décide d’aller se balader dans les anciennes mines de charbons (encore une des 60 Great Walks). Il y a des petites infos sur le fonctionnement de l’époque.

Jour 3 – Triabunna & Freycinet National Park 

Aujourd’hui on se lève sous une pluie battante. Il fait gris moche et ça vente. On n’est plus habitués après la Nouvelle-Calédonie et Sydney 😀 

Après ici il y a eau beaucoup de feux cet été et les locaux attendent de la pluie pour aider avec les feux de forêts donc on va pas râler non plus. On part tranquillement à 11h du AirBnB (qui était super, ça tombe bien !). 

On va à Triabunna, le point de départ du ferry vers Maria Island. On va pas y aller aujourd’hui vu le temps. On achète un Pass pour les National Parks à 60 dollars australiens pour la voiture. Il faudra toujours mettre ce Pass en évidence dans la voiture car des patrouilles viennent contrôler les voitures garées sur les parkings des parcs. 

On en profite aussi pour réserver le ferry pour Maria Island le lendemain. On en a pour 45 dollars par tête et 33 dollars pour une location de vélo. Ça fait mal au compte en banque mais on était prêt, Maria Island est très chere. 

On reprend la route et ça se dégage un peu alors on monte vers Freycinet national park. On passe par Coles Bay, le point de vue est super pour le déjeuner et ça se dégage bien donc l’eau commence à être bleue. 

Ensuite on va dans le parc pour avoir des informations et préparer notre randonnée. Il y en a une plutôt facile de 5h qu’on fera donc le sur-lendemain (petit chamboulement de planning à cause de la météo) avec une belle vue sur la Wineglass Bay. 

On fait quelques petites balade à Sleepy Bay, une petite plage en contrebas. C’est franchement magnifique. Et il fait beau et chaud. Ensuite on va vers le phare et quand on arrive au parking… un wallaby nous attendait ! Le premier vivant en tout cas… En effet en Tasmanie les wallabies, pademelons, kangourous et wombats se font souvent renverser par les voitures : ces animaux sortent plutôt la nuit et les voitures les voient mal en plus, lorsque ces animaux se retrouvent face aux phares d’une voiture ils restent pétrifiés. On en voit plein sur le bas-côté de la route malheureusement. Celui ci est très mignon et pas du craintif. Il garde le parking 🙂 

On fait la petite balade de 20 minutes autour du phare c’est magnifique. C’est un spot à dauphins, phoque et baleines mais on ne verra rien cette fois.

On arrive à Bicheno pour notre auberge (ça fait loin pour Maria Island le lendemain, on avait prévu de la faire aujourd’hui mais la pluie en a décidé autrement). Il y a un Blowhole impressionnant et des pingouins mais ils se cachent, on n’en verra pas ! 

Jour 4 – Maria Island 

On part sur Maria Island. Il fait beau et frais ce matin. Le ferry est à 9h et on en a pour 30 minutes de traversée (45 dollars A/R par personne). Faites attention à bien prévoir de quoi manger et boire car il n’y a rien sur l’île. On arrive sur l’île et on récupère nos vélos à Darlington, le petit centre-ville et nous voilà partis. 

Il y a pas mal de faux plat donc je souffre un peu mais ça va et de toutes manières sans vélo, c’est compliqué de bien visiter Maria Island. La route est magnifique, un coup on est en forêt puis la mer bleue apparaît, c’est juste sublime et ça sera comme ça tout du long. 

On arrive aux Painted Cliffs mais la marée a l’air haute, on ne voit pas trop où est le chemin d’accès. On reprend nos vélos et voit nos premiers wombats c’est aussi mignon que ça en a l’air. Ils n’ont pas peur de nous et si on reste à une distance suffisante ils continuent à faire leur vie. On continue et là, maman kangourou et bébé traversent juste devant nous. Ils sont très rapides. C’est trop mignon. On continue et on aperçoit un échidné. C’est pareil si on reste assez loin il fait sa vie et à un moment il vient même à côté de nous et de nos vélos. 

On passe par la French Farm juste à côté ,c’est sympa (c’est un français qui s’est installé en premier à Maria Island)

Ensuite nous arrivons à la plage de l’sthme, vers 12h30 et on spotte un wombat. On s’installe pour déjeuner c’est super beau, plage de sable blanc, eau bleue et montagne, tout ce qu’on aime.

On reprend la route et on commence à bien souffrir dans les montées. On s’arrête dans une petite clairière avec des wombats. On se pose un peu avec eux on en profite pour se reposer. De manière générale, s’il y a une clairière sur Maria Island, tu as de grandes chances de spotter des wombats, au pire tu repères très vite leurs crottes à forme carré. 

On aperçoit deux kangourous d’un côté de la route et on voit qu’ils nous fixent et attendent. En fait de l’autre côté de la route il y avait leur petit qui n’avait pas encore traversé. On les laisse tranquille et on voit le petit traverser à toute vitesse. Trop mignon.

On retourne aux Painted Cliffs, cette fois-ci le chemin semble un peu plus dégagé. On monte pour avoir un point de vue sympa.

On revient ensuite à Darlington pour rendre les vélos et remplir notre bouteille d’eau ! On n’en pouvait plus, il n’y a pas de point d’eau dans l’île à part ici (ou en tout cas pas sur la route de l’isthme). A la French Farm, il y a une réserve qui indique “drinking water but it may be contaminated by local habitat”. On n’a pas tenté notre chance 😀 

On se pose à Darlington et on aperçoit une maman wombat avec son petit et plein de petits pademelons très craintifs. On pourrait rester des heures à les regarder. Mais c’est l’heure de reprendre le ferry pour rentrer. C’était une super journée à Maria Island.

Jour 5 – Freycinet National Park 

On se lève tôt pour aller randonner dans Freycinet. Mais aujourd’hui pas de chance il pleut et pas qu’à moitié. On randonne 1h30 au lieu de 5h mais on est déjà trempés et il n’y a aucune vue donc on n’insiste pas. c’est pas grave repos cet après-midi, ça fait du bien

Jour 6 – Bay of Fires

Aujourd’hui on va sur la Bay of Fires. Elle s’appelle comme ça à cause des nombreux feux qu’allumaient les Aborigènes vivant sur cette baie. 

Le soleil est là et le ciel est bien bleu.

Les roches sont oranges, la plage de sable blanc et sa texture fait qu’on a l’impression de marcher dans de la neige. L’eau est d’une couleur turquoise incroyable encore différente de la Nouvelle-Calédonie. Ce mélange de couleur est magnifique. On en profite pour faire des photos, c’est vraiment très photogénique.

Ensuite on prend la route pour Launceston, notre stop de la nuit. On arrive dans un AirBnB à la décoration improbable, style vieux château baroque. Ce qui est encore plus improbable c’est que c’est une coloc d’étudiants qui vit ici. Le mix est marrant.

Jour 7 – Cradle Mountain

Aujourd’hui direction Cradle Mountain. On roule pendant 2h et il fait franchement gris. C’est le parc le plus connu de Tasmanie et il est très bien organisé, avec des navettes qui partent du parking et déposent les touristes à différents points de départ de randonnées (inaccessibles en voiture). Ces navettes passent toutes les 10 minutes. On n’a pas besoin de payer l’entrée du parc puisqu’on a déjà notre National Park Pass. On prend nos Pass pour les navettes inclus dans le prix, on prend des vêtements chauds et imperméables et c’est parti. On monte jusqu’à Dove Lake et on fait les petites balades de 30 minutes max car le temps est franchement menaçant. Ça reste très joli. On redescend avec la navette vers le point “ranger station”. Il y a une petite balade de 30 minutes qui s’appelle Enchanted Forest et ça ressemble effectivement aux forêts magiques dans les films 🙂 c’est vraiment sympa. On fait également la Rainforest walk.

Après toutes ces petites balades, parfois sous la pluie parfois non, il est temps de rejoindre notre logement pour la nuit à Waratah, une ville habitée par les … ornithorynques ! On espère en voir.

Jour 8 – Waratah

Aujourd’hui, journée GLANDOUILLE (un peu forcée car il fait moche mais on en profite pour faire une grasse matinée, cuisiner, faire tout un tas de machines) et quand tu voyages pour plusieurs mois, ce genre de journée est très utile. 

Après, on est dans la ville des ornithorynques. On peut pas rater ça quand même. Ils sont visibles tôt le matin ou à la tombée de la nuit et pas très human-friendly. On va donc essayer d’en voir vers 19h30, 20h. On est pas les seuls à avoir eu cette idée, on retrouve nos voisins sur la rive d’en face. Il faut être patient et avoir l’œil mais effectivement au bout de 10 minutes on commence à voir des mouvements dans l’eau et ce ne sont pas des canards! Il y a deux ornithorynques et ils sont très furtifs. On arrive à en voir de près mais avec la nuit on n’aperçoit que leurs becs. C’est quand même atypique comme créature. Il y en a un qui passe juste à côté de nous, impossible de prendre de belles photos. Mais on est trop contents d’en avoir vu, il n’y en a qu’en Australie et particulièrement en Tasmanie. 

Jour 9 – Queenstown 

On prend la route pour Queenstown, notre prochain stop. On s’arrête en chemin au Zeehan Spray Tunnel qui est un ancien chemin de fer passant dans une grotte. On arrive dans cette ville minière et on s’installe dans notre AirBnB puis on part visiter la ville : Horse Tail Falls, où ça souffle comme jamais, Blowhole et son lac turquoise surprise (on ne le voit pas en arrivant) et le point de vue en hauteur de la ville : Spion Kopf Lookout

Le centre ville est sympa, plein de street art. Il ne pleut plus trop mais il fait bien froid. 

Jour 10 – Lake Saint-Clair

Aujourd’hui, direction Lake Saint-Clair. Il ne fait toujours pas beau. Sur le passage on fait les Nelson Falls, et la Franklin River Nature Trail (des 60 Great Short Walks). On arrive au point de départ de la balade autour du lac, heureusement il ne pleut pas. On aperçoit un échidné, des oiseaux tous mignons mais pas d’ornithorynques (oui c’est notre nouvelle passion). On se balade pendant 2-3h, c’est très joli. 

On rejoint notre logement suivant pour la nuit, à Tarraleah dans les Highlands. Et étonnamment ça ressemble beaucoup aux Highlands d’Ecosse. C’est un peu bizarre, on dirait que la ville de Tarraleah est uniquement constituée de chambres d’hôtels et de cottage. Ici il n’y a pas de wifi et 2 opérateurs sur 3 fonctionnent, heureusement Vodafone est l’un d’entre eux 🙂

Jour 11 – Mount Field National Park

Aujourd’hui, on croit rêver … LE CIEL EST DÉGAGÉ ! Enfin ! On en avait marre de la grisaille ! On part de Tarraleah, on croise un wallaby qui fait sa vie mais également des Highland Coos, ces vaches typiquement écossaises aux poils longs. Et bah ils en ont importé ici car elles s’habitueraient bien au climat.

On arrive à Mount Field et on fait les Great Short Walks recommandées : la Three Falls Walk qui inclut Russell Falls, Lady Barron Falls et Tall Trees Walk puis Pandani Grove Circuit. Elles sont toutes vraiment sympas à faire et pas très longues. On n’avait pas prévu de faire ce parc à la base mais avec la pluie des Cradle Mountain on a pris de l’avance sur notre programme et c’était une bonne surprise. 

On arrive aujourd’hui à Hobart. 

Jour 11 – Salamanca Market 

Aujourd’hui direction le Salamanca Market. Il fait beau et chaud. On arrive dans le marché et on commence à se balader. Je perds Clément et le retrouve quelques minutes plus tard et là truc de folie. Il me dit “il y a les Red Hot Chili Peppers derrière toi”. C’était pas une blague. Pour resituer, c’est mon groupe préféré depuis que je suis ado. Je vais les voir en concert à chaque fois qu’ils passent par Paris et quand ils ont fait le Parc des Princes j’y suis allée à 9h du matin pour être sure d’être devant dans la fosse. Voilà pour situer le truc 😛

J’en reviens pas. On s’en va parler à Flea le bassiste qui est très sympa. Evidemment je lui dis les choses les plus banales de la terre mais ça reste le plus beau jour de ma vie ^^ (ou presque). Clément a même pris une photo de moi avec Flea en arrière plan. Parenthèse terminée 🙂

Le marché est très sympa il y a beaucoup d’artisanat. Ça coûte un peu cher et en plus on a peur que ça se casse dans nos valises donc on achète rien, à regret. 

On va déjeuner dans un restaurant qui s’appelle Dandy Lane, un peu bobo, c’est très sympa et pas trop cher. Ensuite on passe au Visitor Center pour avoir des renseignements sur Bruny Island qu’on veut faire le lendemain. On récupère les horaires du ferry.

Ensuite on va au Bonorong Wildlife Sanctuary. On paye 30 dollars par tête et il y a une visite de guidée de 45 minutes incluse. Le prix de notre billet sert à la maintenance du centre. Ils recueillent les bébés animaux, souvent orphelins car leur mère a été renversée sur la route et s’en occupent jusqu’à ce que les petits puissent se débrouiller seule dans la nature. En Tasmanie, 500 000 animaux se font renverser chaque année. La guide nous expliquera plein de bonnes pratiques si jamais on croise un animal blessé (penser à bien vérifier la poche pour voir s’il y a un bébé, essayer de les mettre sur le côté de la route si jamais ils sont morts, le numéro appeler si on voit un animal blessé, etc).

On voit un bébé wombat prendre son biberon et on en apprend plus sur le comportement du wombat. Par exemple autour de ses 2 ans, le wombat va vouloir prendre son indépendance et deviendra agressif envers sa mère ou la personne qui prend soin de lui. Ça voudra dire qu’il est temps de le laisser se débrouiller seul. Ou encore que pour se défendre, le wombat peut aller jusqu’à 40km et se réfugier dans son terrier, tête la première. Son prédateur cherchera à taper sur son derrière qui est constitué de peu de nerf et très dur donc ça n’impactera pas trop le wombat. Et si vraiment le prédateur ne lâche pas l’affaire, le wombat se baissera un peu pour laisser passer son prédateur entre son dos et le haut du terrier puis poussera sur ses pattes et ça écrasera son ennemi. Morale de l’histoire : n’embêtez pas un wombat

On passe ensuite au fameux diable de Tasmanie. Il porte ce nom à cause du cri assez flippant qu’il fait et qu’on peut entendre en forêt la nuit. Pas rassurant du tout. Et également parce que lorsqu’il s’agite, ses oreilles deviennent toutes rouges, d’où le nom de diable. En réalité il n’est ni très bon chasseur, ni très rapide et n’a pas une bonne vue mais un odorat capable de détecter des proies à deux km à la ronde. 

On finit la visite avec un koala qui n’est pas un animal propre à la Tasmanie mais celui ci a été recueilli car son habitat avait été détruit par le feu (si j’ai bien tout compris). On apprend que le koala mange tellement d’eucalyptus que son pelage sent l’eucalyptus. Ils dorment 20h par jour car ils passent leur vie à manger de l’eucalyptus qui n’est pas une nourriture riche en énergie. Tout du long, la guide nous donnait des bonnes pratiques à suivre pour la protection de ces animaux. Par exemple si on en voyait sur la route inerte, toujours penser à vérifier la poche pour voir si un bébé n’avait pas survécu, le numéro à appeler, le fait que le centre est ouvert 24h sur 24 pour venir récupérer un animal blessé, etc.  

On passe devant plein d’autres animaux dont un échidné qui s’est fait agresser par un chien et a du être amputé de la jambe droite et ne peut plus trouver à manger facilement donc il reste à Bonorong (oui j’ai été émue par son histoire :D) 

On finit sur les kangourous qu’on peut nourrir et ils savent donc ils viennent nous voir pour manger. On ne se rendait pas compte à quel point ça pouvait être grand, plusieurs mesuraient 1m80 minimum et ils avaient des pectoraux hyper développés. C’était vraiment sympa, on a vu plein de bébés dans la poche de leur maman.  

Jour 12 – Bruny Island

Aujourd’hui on va passer la journée à Bruny Island ! On décide d’y aller tôt, avec le ferry de 7h30 (en plus il coûte moins cher à cette heure-ci). On arrive à 8h et on s’en va direction The Neck, on en a pour 30 minutes. De cet endroit, on aura une vue sur magnifique sur l’isthme, et à cette heure-ci il n’y avait que nous. 

Ensuite on va à Adventure Bay  dans le sud de l’île pour faire la randonnée Fluted Cape (encore une des 60 great walks). On marche pendant 1h30 c’est vraiment sympa. 

Nous avions entendu parler d’une petite colonie de kangourous albinos donc on s’est mis en quête de les trouver mais pas de chance, ils n’étaient pas de sortis. Nous nous sommes ensuite rendus au phare et la vue est très belle. On en profite pour déjeuner ici. 

Ensuite, on fait un stop dans la Brewery & cheese de l’île mais rien ne nous dit. On remonte tranquillement vers le terminal du ferry pour rentrer et on décide de ne pas faire le nord de Bruny car mine de rien, l’île et grande et ça peut vite faire pas mal de route. On fait bien car on arrive au ferry et il se met à pleuvoir. On rentre la voiture et la on voit un monsieur qui pêche et ce qu’il a au bout de la ligne a l’air vraiment lourd. Et pour cause : c’était un petit requin léopard. 

Jour 13 – Mont Wellington 

Aujourd’hui Mont Wellington ! On peut le voir de notre chambre du AirBnB et il a l’air bien dégagé. Il y a une randonnée à faire pour y aller mais on peut aussi y aller en voiture. Comme on n’a pas beaucoup de temps, on fait la méthode de flemmard et on ne regrette pas, il y avait des vents assez forts ce jour là. La route qui monte jusqu’au Mont est super belle et la vue d’en haut est à couper le souffle, au sens propre et figuré car le vent souffle hyper fort en haut. On a vue sur Hobart, Bruny Island et son isthme, franchement ça vaut le coup d’y passer c’est magnifique. 

Jour 14 – Départ pour la Nouvelle Zélande

Aujourd’hui, journée transport de Hobart à Melbourne et de Melbourne à Christchurch, pour enfin mettre le pied en Nouvelle-Zélande pour 5 semaines ! 

Laisser un commentaire

Fermer le menu